Penser l’action pour le climat comme un investissement

Le changement climatique est une menace sérieuse pour l’humanité, en particulier pour les populations les plus pauvres. On estime par exemple que le rendement des terres agricoles pourrait chuter de 30% en Afrique et que des centaines de millions de personnes sur la planète vont être frappées par des phénomènes météorologiques extrêmes.

Le dérèglement du climat pourrait alors avoir un coût humain, social et économique élevé dans le futur. S’attaquer au changement climatique a un prix mais ne pas agir pourrait coûter bien plus cher encore. L’action sur le climat est donc de plus en plus considérée comme un investissement.

Andrew Steer, président et directeur général de la World Resources Institute (WRI), avance quelques pistes. Investir par exemple dans les villes pour renforcer les transports en commun aura un impact environnemental positif tout en améliorant la productivité des travailleurs. Par ailleurs, reboiser les friches abandonnées dans les zones rurales représenterait des millions de dollars de revenus annuels pour les populations pauvres. Enfin, réaliser des économies d’énergie n’est pas gratuit mais le retour sur investissement se fait généralement en trois ou quatre ans.

L’interview de Andrew Steer