Antarctique : la partie cachée de l’iceberg

Si la glace de l’Antarctique venait à fondre entièrement, elle entrainerait une hausse du niveau des mers de 60 mètres ! Or, avec 12,1 millions Km² et une augmentation moyenne de 2,9% par décennie depuis 1980, l’Antarctique ne semble pas subir les effets du réchauffement climatique. Semble seulement…

Le cas de l’Antarctique cristallise toute la complexité du climat. En effet, si la surface de la banquise du pôle Sud augmente, son volume se réduit dangereusement.

Toutes les régions de l’Antarctique n’évoluent pas de manière identique. L’Ouest de l’Antarctique voit ses glaces fondre et des plateformes entières se briser alors que, dans le Sud et l’Est, elles connaissent une augmentation importante. Comment expliquer cette spécificité de l’Antarctique ?

Grâce à Jinlun Zhang de l’Université de Washington nous pouvons mieux comprendre l’évolution des glaces de l’Antarctique. D’après lui, 80% de l’augmentation de la surface provient de vents dominants. Les 20% restant s’expliqueraient par des courants marins dans les océans entourant l’Antarctique, le courant circumpolaire. Les vents, dont la trajectoire va de l’intérieur du continent vers l’extérieur, entraineraient dans leur sillage une vague de froid, contribuant ainsi à l’expansion de la glace. L’Océan Austral est quant à lui rafraichi via une augmentation des précipitations qui accentuent le ruissellement des glaciers de l’Antarctique. Ces eaux froides qui se déversent dans l’Océan réduisent sa température et favorisent le développement des glaces.

Il existe des glaces terrestres et des glaces maritimes. Les glaces terrestres sont le résultat de l’accumulation de chutes de neige depuis des milliers d’années. La glace maritime se forme dans l’eau salée, principalement pendant les mois d’hiver, pour fondre quasi complètement en été.
Or en Antarctique, si la surface occupée par les glaces augmente c’est parce que les glaces maritimes augmentent. En revanche, la calotte glaciaire, composée de glaces terrestres, diminue considérablement. Une récente étude estime que l’Antarctique perd chaque année entre 100 et 300 Gigatonnes par an. Une fonte de 360 GT par an correspond à une augmentation des mers de 1mm.

Donc oui, la surface de l’Antarctique augmente. Mais son volume diminue !

Aller plus loin :
– La NASA a mis en ligne une vidéo montrant les dangers qui pèsent sur l’Antarctique et la fonte des glaces
– Les données du GIEC sur les pôles
– L’étude de Jinlun Zhqng sur l’évolution des glaces de l’Antarctique