La Commission Stern-Stiglitz pour un corridor de prix carbone

La Commission de Haut Niveau sur les Prix du Carbone, ou Commission Stern-Stiglitz, a remis le 29 mai un rapport préconisant une tarification élevée du carbone. Notamment par la fixation d’un prix plancher et plafond, c’est-à-dire un corridor de prix carbone.

13 économistes de premier plan, venant de neuf pays, développés et en développement, ont été chargé en 2016, lors de la COP22 par la Coalition pour le leadership en matière de tarification du carbone de déterminer la fourchette de prix du carbone qui, associée à d’autres mesures, permettrait d’atteindre les objectifs climatiques de la COP21. Et la principale conclusion de cette Commission de haut niveau sur les prix du carbone, co-présidée par Joseph Stiglitz et Lord Nicholas Stern est qu’à moins de 40 dollars la tonne de carbone en 2020, l’objectif de l’Accord de Paris n’est pas tenable. Plus précisément, ce tarif doit osciller entre 40 et 80 dollars en 2020, puis entre 50 et 100 dollars en 2030. Telle est

 « Notre rapport s’appuie sur une meilleure compréhension des possibilités qu’offre la tarification du carbone, ainsi que d’autres mesures climatiques, pour accélérer la croissance durable et la lutte contre la pauvreté, et atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et les Objectifs de Développement Durable » ont déclaré les deux co-présidents de la Commission.

Principal signal envoyé aux ménages et aux entreprises, une tarification progressive et judicieuse du carbone doit modifier les investissements et les modes de production et de consommation. Ainsi, les instruments utilisés et les niveaux de prix du carbone doivent être différenciés. C’est-à-dire adaptés à la situation et aux choix des pays en matière de politique. Ainsi, les pays à faible revenu, qui ont du mal à protéger les populations vulnérables des effets négatifs d’une tarification carbone, peuvent décider de commencer avec un prix plus bas.

Une tarification du carbone seule ne suffira pas. Elle doit impérativement s’accompagner de mesures visant à promouvoir l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, l’innovation et les avancées technologiques, ainsi que les investissements sur le long terme dans des infrastructures durables, mais aussi à aider la population dans la transition vers une croissance sobre en carbone.

Par ailleurs, une tarification explicite du carbone, par exemple une taxe carbone ou un marché de quotas d’émissions, est un moyen efficace pour accroître les recettes fiscales que les différents pays qui peuvent les utiliser pour encourager une croissance verte et équitable.

Le rapport souligne enfin le rôle du secteur privé : des centaines d’entreprises utilisent déjà un prix du carbone afin d’éclairer leur prise de décision. Avec la Carbon Pricing Corridor Initiative, pilotée par l’organisation We Mean Business et le Carbon Disclosure Project et axée sur la tarification du carbone dans le secteur énergétique, le rapport de la Commission contribuera à l’élaboration de politiques climatiques et d’instruments de tarification du carbone dans le monde entier.

Lien vers le rapport de la Commission Stern-Stiglitz en anglais et le résumé en français.