Couche d’ozone : Is it trou ?

Même si les dernières publications vont dans le sens d’une atténuation, le trou dans la couche d’ozone est toujours bien présent au-dessus de l’Antarctique, au pôle Sud.
Pour rappel, la découverte par les scientifiques de ce phénomène dans les années 80 a engendré une forte prise de conscience de la part des politiques qui ont voulu agir le plus rapidement possible. Cette mobilisation, devenue citoyenne, a donné naissance en 1987 au Protocole de Montréal qui établit des mesures visant à stopper l’élargissement du trou dans la couche d’ozone et favoriser sa résorption.

C’est l’un des tout premiers grands accords internationaux sur une question d’ordre climatique. Le protocole avait pour objectif principal d’interdire l’utilisation au niveau mondial des chlorofluorocarbures ou CFC. Ces gaz, notamment utilisés dans les bombes aérosols et les réfrigérateurs, réagissent avec l’ozone et amènent peu à peu à sa destruction laissant passer les rayons UV extrêmement nocifs. Les efforts ont été immédiats et l’accord fut un succès : le trou dans la couche d’ozone a diminué de moitié depuis 1987. Mais malgré ces efforts, ce trou formé dans notre stratosphère ne s’est pas encore complétement résorbé et à même légèrement augmenté sur ces 10 dernières années. Les scientifiques penchent pour une disparition complète du phénomène d’ici 2060 seulement si les efforts actuels se poursuivent.