L’océan Austral : véritable poumon de notre planète

L’Homme émet environ 10 milliards de tonnes d’équivalent CO2 chaque année. La moitié de ces émissions se cumule dans l’atmosphère et contribue au renforcement de l’effet de serre. L’autre moitié est absorbée par les puits de carbone : les forêts et les océans. Ces derniers absorbent près de la moitié de ces 5 gigatonnes mais l’océan Austral représente à lui seul 50% de la capacité totale d’absorption des cinq océans, soit près d’un quart de nos émissions globales !
L’océan Austral constitue donc un des rouages essentiels du système climatique mondial et attire l’attention de nombreux climatologues et océanographes.
Le phytoplancton au centre du jeu
Le phytoplancton correspond à l’ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans les océans. Il est un élément clé du cycle du carbone. Ces micro-organismes captent le CO2 atmosphérique grâce à la photosynthèse. Le CO2 est dissout dans l’eau et transformé en calcaire, lequel coule vers le fond des océans où il finit par former les roches sédimentaires.

Plus les émissions de gaz à effet de serre augmentent, plus les océans s’acidifient. Cette acidification s’est déjà accrue de plus de 26% par rapport à l’ère préindustrielle causant des dommages sur la biodiversité marine. La capacité des océans à absorber le gaz carbonique semble arriver à saturation les océans et par conséquent ils pourraient à l’avenir moins capter de CO2… Les océans, et particulièrement l’océan Austral, sont essentiels dans la lutte contre les changements climatiques. Ils seront à coup sûr sur la table des discussions lors de la prochaine grande conférence des Nations-Unies sur le climat, la COP21.

Plus d’infos :