Marché carbone volontaire : Libéré, délivré ?

Intitulé « Unlocking Potential« , le dernier rapport annuel sur l’état des marchés carbone volontaires réalisé par Ecosystem Marketplace, constate 63,4 millions de TéqCO2 compensées en 2016. Un volume qui a diminué de 24% entre 2015 et 2016. Ainsi, faute d’une demande soutenue, 56,2 millions de TéqCO2 (MTéqCO2) n’ont pas trouvé acheteur.
Les acheteurs volontaires, à savoir les gouvernements, entreprises, particuliers et courtiers intermédiaires, ont déboursé en 2016 191,3 millions de dollars (M$) pour compenser leurs émissions.

Parmi les enseignements à retenir dans ce rapport : 

  • Le prix des crédits carbone volontaires en 2016 étaient relativement abordables avec une moyenne de 3 $ / TéqCO2. Mais aussi très variable en fonction du type de projet ou du pays dans lequel il était mis en œuvre. A titre d’exemple, les projets éoliens en Asie ont été achetés à une moyenne ​​de 0,7 $ / TéqCO2, alors que les crédits issus de projets de boisement / reboisement en Afrique tournaient autour de 6,7 $ / TéqCO2.
  • La majorité des crédits de compensations vendus proviennent des projets éoliens, de projets REDD + ou de projets de valorisation du gaz de décharge. Ces 3 types de projets ont toujours constitué le top 3 lors des années précédentes. Pas de changement de ce côté-là donc.
    En terme de vente directe par les développeurs de projets, ce sont les projets REDD +, d’efficacité énergétique et de cuiseurs améliorés qui occupent le haut du panier avec 18,5 MTéqCO2 vendues. Les 44,8 MTéqCO2 restantes ont été vendues par les courtiers, les détaillants et les autres intermédiaires.
  • Près de la moitié des crédits de compensation (21,5 MTéqCO2 ou 46%) ont été générés sur le sol asiatique. Ils représentent un tiers (30%) de la valeur marchande totale en raison de leurs prix bas (1,6 $ / TéqCO2). L’Amérique du Nord (principalement les États-Unis) a généré le deuxième plus grand volume de crédits : 10,1 MTéqCO2 pour une valeur totale de 29 M$. Quant à l’Amérique latine (5,8 MTéqCO2) et l’Afrique (5,8 MTéqCO2), ils représentent respectivement des montants de 22 M$ et de 24 M$.

Il subsiste de nombreuses questions sans réponse concernant le soutien réglementaire aux marchés du carbone. La façon dont les marchés seront utilisés pour atteindre les engagements des pays pris dans le cadre de leurs contributions nationales (NDC) n’est pas encore claire. D’un côté le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris créé des incertitudes, de l’autre l’accord de l’OACI qui a commencé à développer son propre système de compensation est une bonne nouvelle. Il semblerait que l’avenir des marchés carbone volontaires se décidera dans les 3 années qui viennent.  

Télécharger le rapport complet
Télécharger le communiqué de presse