Les subventions aux énergies fossiles

5300 milliards de dollars en 2015, soit 10 millions de dollars à la minute.
Il s’agit du montant des subventions versées aux énergies fossiles d’après une étude du FMI. En 2014, ces subventions s’élevaient à 1900 milliards. Comment expliquer une telle augmentation ?

Élément clé du commerce international et du fonctionnement de l’OMC, une subvention consiste en « toute contribution financière des pouvoirs publics aux entreprises ou toute autre forme de soutien des revenus ou des prix, qui leur confère un avantage ». Pour les énergies fossiles, la majorité des subventions soutiennent le secteur du transport. Cinq mesures représentent ainsi à elles seules 91% du total des subventions en France : exonération de TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques) pour les carburants utilisés dans l’aviation commerciale, fiscalité réduite du fioul, remboursement partiel de TICPE aux transporteurs routiers, exonération de TICGN (Taxe Intérieure de Consommation sur le Gaz Naturel) sur le chauffage des ménages ainsi que la défiscalisation partielle des biocarburants. Soit au total en France; près de 5 milliards d’euros de subventions.

L’augmentation spectaculaire de ces subventions climaticides entre 2014 et 2015 provient de la manière dont celles-ci sont mesurées. Une subvention correspond à la différence entre le prix de l’énergie sur le marché et le prix auquel elle devrait être fixée en réalité. Or, dans le cas des énergies fossiles, ce prix « réel » inclut les externalités comme la pollution, les dommages sur l’environnement, la santé. C’est justement en raison de l’actualisation de ces coûts par l’OMS que le prix réel des énergies fossiles a fortement augmenté. Comme le dit Nicholas Stern, « cette analyse très importante fait voler en éclat la croyance selon laquelle les énergies fossiles sont peu chères en montrant l’ampleur des coûts réels ».

Aujourd’hui le charbon est le principal bénéficiaire de ces subventions mais c’est aussi l’énergie fossile la plus polluante (40 % du CO2 émis sur la planète). Le pétrole et le gaz se partagent à parts égales le reste des subventions. La Chine est le principal pays responsable de ces subventions avec à elle seule 2300 milliards de subventions en 2015, loin devant les Etats-Unis avec 700 milliards et la Russie avec 335 milliards de dollars. David Coady, l’un des auteurs de l’étude réalisée par le FMI rajoute que « si le prix des énergies fossiles était correct, il ne serait plus nécessaire de subventionner les énergies renouvelables. Elles deviendraient automatiquement une option bien plus attractive ».

 

Les subventions aux énergies fossiles représentent aujourd’hui 6,5% du PIB mondial, soit plus que les dépenses pour la santé. D’après le FMI, les abandonner permettrait de dévoiler le prix réel des énergies fossiles et de favoriser la compétitivité des énergies renouvelables. Les bénéfices sont nombreux : réduction des émissions mondiales de CO2 de 20%, baisse des décès liés à la pollution de 50%, soit 1,6 millions de vies par an et l’espoir de limiter les conséquences des changements climatiques.

 

Aller plus loin

– COADY David, PARRY Ian, SEARS Louis, SHANG Baoping, How Large Are Global Energy Subsidies ?, Rapport de du Fonds Monétaire International, 2015

– PLUMER Brad, “The IMF says we spend $5.3 trillion a year on fossil fuel subsidies. How is that possible ?”, Vox, May 20, 2015

 – CARRINGTON Damian, “Fossil fuels subsidized by $10m a year says IMF”, The Guardian, 18 May 2015