Étape 1 – Calculer

votre empreinte carbone

Pour que les actions de réduction de votre empreinte carbone soient les plus efficaces possibles, vous devez estimer poste par poste la quantité de gaz à effet de serre que votre organisation émet chaque année.

La loi ENE (Engagement National pour l’Environnement) de 2010, dite « loi Grenelle 2 », oblige les organisations à réaliser un bilan d’émissions de gaz à effet de serre ou BEGES. Elle concerne les entreprises de plus de 500 salariés en métropole et de plus de 250 salariés en outre-mer qui doivent s’appuyer sur une méthodologie obligatoire de calcul des émissions.

Le BEGES doit être réactualisé tous les 3 ans.

Si votre organisation n’est pas soumise à cette obligation, vous êtes libre dans le choix de la méthodologie de calcul des émissions. Il peut toutefois être intéressant d’utiliser la méthodologie réglementaire, ne serait-ce que pour vous familiariser avec celle-ci au cas où, dans un futur proche, vous seriez soumis à cette réglementation.

image-calcul-empreinte-carbone-mini

logo-ademe-2

L’ADEME a mis en place un centre de ressources sur les bilans GES :
www.bilans-ges.ademe.fr
Vous y trouverez près de 1600 facteurs d’émissions dans la Base carbone, 14 guides sectoriels et les BEGES déjà réalisés.

logo-climatpraticClimat Pratic est un outil d’aide à l’élaboration et à la mise en place d’une politique « climat énergie » ou d’un PCET. Destiné aux communes et intercommunalités de moins de 50 000 habitants, aux pays et aux Parcs Naturels Régionaux, il permet de les guider pas à pas pour définir rapidement un programme d’actions « climat-air-énergie » adapté à leur territoire.
www.climat-pratic.fr

logo-abc-La célèbre méthodologie de calcul Bilan Carbone® est gérée par l’ABC, Association Bilan Carbone.
www.associationbilancarbone.fr

Étape 2 – Réduire

son empreinte carbone

images-alternatives

Maintenant que vous connaissez la quantité et l’origine des gaz à effet de serre qu’émet votre entreprise ou association, le moment est venu de mettre en place un plan d’actions pour réduire ces émissions.

Cette photographie de vos émissions carbone va définir ces actions : les commerciaux motorisés seront formés à l’éco conduite, les salariés des bureaux seront sensibilisés à la maitrise de l’énergie, le train sera préféré à l’avion pour les déplacements professionnels, etc.

photo_b3_bis

Étape 3 – Compenser

ce qui ne peut être évité

Malgré ces efforts, des émissions carbone subsistent. Elles sont incompressibles et peuvent donc être compensées.

La compensation carbone consiste à financer, via l’achat de crédits carbone, un éco-projet dont la mise en œuvre permet d’économier des émissions de gaz à effet de serre. Chaque tonne de CO2 évitée sur cet éco-projet correspond à un crédit carbone.

photo_c2

La compensation est une solution de dernier recours et ne doit pas se substituer à des efforts de réduction à la source de ces émissions.

Pour bien compenser vos émissions, il faut comprendre ce qu’est la compensation carbone et prendre connaissance des différents types de projets que vous pouvez soutenir.

Comprendre la compensation carbone

photo_d1_bis

Communiquer

sur sa compensation carbone

La plus-value de la compensation carbone réside en partie dans le message associé à cette démarche. Votre communication dédiée viendra en premier lieu valoriser vos actions de réduction à la source de l’impact de votre organisation sur le climat. C’est essentiel.

picto_d3

En fonction du type de projet soutenu, votre message sera axé vers le soutien à un projet de solidarité internationale ou d’engagement dans la transition écologique sur notre propre territoire.

Enfin, la compensation carbone est aussi l’occasion d’impliquer vos salariés dans une démarche originale à travers des ateliers d’informations et de sensibilisation au défi des changements climatiques.