2016 année de tous les records ?

Ça chauffe encore pour la planète ! L’année 2016 est bien partie pour être l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis que les relevés de température existent. D’après le rapport sur l’état du climat en 2015, récemment publié par le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), plus de 450 scientifiques de 62 nationalités s’accordent à observer une recrudescence des perturbations climatiques. 2016 est la 9ème année consécutive à battre un record de température. Les 6 premiers mois ont été les plus chauds jamais observés depuis 1880: Il semblerait que le réchauffement climatique ne soit pas prêt de ralentir. Les résolutions prisent lors de la COP21 pour le contenir sous la barre des +1,5°C sont alors plus que jamais indispensable.

Cette augmentation de la température est plus importante du côté de la banquise arctique dont la fonte s’est accélérée, aujourd’hui sa surface minimale diminue de près de 13 % par décennie. De plus le phénomène El Niño a été particulièrement impactant, puisque il a globalement réchauffé les eaux de l’océan Pacifique sur une majeure partie de l’année 2015 et provoque encore de nombreux épisodes de sécheresse. À l’heure actuelle, il contribuerait à 40 % du réchauffement observé. Le bilan reste également alarmant concernant le niveau des mers, qui atteignent leurs plus hauts niveaux depuis 1993.

Malgré les nombreux efforts entrepris par la communauté internationale, les actions restent en réalité très peu concrètes. Les dernières projections montrent que le pic d’émissions des gaz à effet de serre, n’a toujours pas été atteint et donc qu’aucune réelle chute mondiale des émissions ne s’est encore amorcée. La transition énergétique reste à l’avenir le moyen le plus efficace pour diminuer les émissions mondiales et ainsi faire chuter les concentrations en GES. Les mesures devront être mises en place le plus rapidement possible avant que les températures ne s’emballent plus encore.

Lire la suite

2015, année chaude

2015 se fait une place au soleil dans le top 3 des 10 années françaises les plus chaudes jamais enregistrées depuis 1880. 10 années qui se situent toutes entre 1990 et 2015.

«Tous les mois de 2015 n’ont pas été chauds. Septembre et octobre ont été plus frais que d’habitude» souligne Mme Berne, climatologue à Météo-France. «Mais ce qui a fait basculer 2015 dans les années très chaudes, c’est novembre et décembre».
Cruel hasard du calendrier, la COP21 s’est tenu au cours du mois de décembre le plus chaud jamais observé en France depuis 1900 : +3,9° par rapport aux valeurs de saison !
En France, l’anomalie de 2015 correspond à une moyenne de 1°C au-dessus de la normale.

Autre impact : la pluviométrie. Toujours selon Météo-France, avec un déficit de 10% sur la quasi-totalité du pays, 2015 se place parmi les 10 années les plus sèches depuis plus de 50 ans.

2015 : plus chaude que 2014 ?

Alors que 2014 venait d’être affublée du titre d’année la plus chaude jamais enregistrée depuis l’ère pré-industrielle (+ 0,92°C par rapport la moyenne 1951-80), 2015 est en passe de lui ravir cette place peu glorieuse. Le franchissement du seuil symbolique de +1°C devrait être franchi. D’autant que les observations montrent que les années soumises au phénomène El Niño, tel que le Pacifique le connait en ce moment, ont toutes atteint sinon dépassé +0,5°C.
Une hausse qui peut désormais paraitre dérisoire quand on sait que le El Niño actuel est l’un des plus puissant jamais observé.

Lire la suite