Foire aux questions

Idées reçues sur la compensation carbone

+

La compensation carbone, c’est du Greenwashing ?

Non, la compensation carbone vise avant tout à apporter des financements à des projets ayant un impact sur le terrain, accélérant ainsi la transition écologique dans les pays développés et en développement.

Comme partout, il y a des risques d’abus et il faut donc porter attention à la qualité des projets et à la démarche des financeurs pour s’assurer d’une stratégie complète : « Mesurer, Réduire, Compenser ».

+

Les projets ont-ils réellement un impact ?

Pour être éligibles à la finance carbone, les projets doivent répondre à plusieurs critères. Des certifications ont été développées pour mettre en avant ceux qui font l’effort de suivre des processus rigoureux.

Chaque projet est analysé au regard d’une situation de référence pour vérifier que son impact sur le climat est positif et la plupart des crédits sont vérifiés après coup, permettant ainsi de s’assurer que les émissions ont bien été évitées ou séquestrées.

+

La compensation carbone, c’est trop compliqué !

Parfois, il est en effet difficile de s’y retrouver dans la multiplicité des acteurs, projets, labels ou annonces sur la compensation carbone.

Il faut se poser les bonnes questions pour bien choisir ses partenaires ainsi que sa communication. De nombreux acteurs proposent des accompagnements pour les porteurs de projets et les financeurs afin de leur permettre de comprendre ce mécanisme et réussir leurs démarches.

Tous les contenus de notre plateforme sont là pour vous aider à y voir plus clair, n’hésitez pas à nous contacter pour d’autres questions !

+

Et alors, compensation ou contribution ?

Le terme decompensation carbone a vivement été critiqué car il sous-entend que l’achat de crédits pourrait venir annuler l’impact d’une action ou d’une entreprise.

Ainsi, on parle de plus en plus de contribution à la neutralité carbone. Cela montre que l’achat de crédit est bien une démarche désintéressée pour financer des projets permettant une réelle transition bas carbone. Cette démarche est indissociable d’une stratégie de réduction de son propre impact.

Alors pourquoi ne pas changer le nom de notre plateforme ? Tout simplement car la “compensation carbone” est encore la formule plus répandue. Une fois le dialogue initié nous pouvons expliquer les nuances !

Pour comprendre la finance carbone

+

Quelle est la différence entre tous les “marchés” carbone ?

Dans la lutte contre les changements climatiques, il existe des mécanismes réglementaires et volontaires.

Les outils réglementaires (taxe carbone et marchés réglementés) sont des solutions politiques et économiques qui donne un prix au carbone pour inciter les entreprises à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

La compensation (ou marché carbone volontaire) est un moyen de permettre à des entreprises d’aller au-delà de leurs obligations en finançant des projets sur la base de leurs impacts sur le climat.

Ce sont des démarches différentes à ne pas confondre. Pour plus de détails, visitez notre page sur l’économie du carbone.

+

Un projet doit-il être obligatoirement labellisé pour pouvoir vendre des crédits ?

Le marché carbone volontaire n’impose pas de règles strictes. Il est donc possible en théorie de valoriser les impacts de son projet sans certification externe.

Cependant, de nombreux abus ont eu lieu par le passé, c’est pour cela que des labels de qualités se sont développés. Ceux-ci visent à s’assurer que tous les projets respectent des critères universels et que les impacts sur le terrain sont bien réels.

Aujourd’hui, la plupart des acteurs privés recherchent des projets labellisés pour avoir un gage de qualité, comme recommandé par l’ADEME. A minima, il est nécessaire que le projet suive une méthode rigoureuse et validée par un acteur externe pour mesurer ses impacts.

Pour aller plus loin, visitez notre page présentant les projets carbone ou notre guide à l’attention des porteurs de projet.

+

Quels sont les différents labels existants ?

Tous les labels de la finance carbone sont détaillés sur notre site ! Vous trouverez :

+

Combien ça coûte un crédit carbone ?

Sur le marché volontaire, le prix de vente des crédits n’est pas fixe mais il est calculé au cas par cas en fonction des coûts des projets.

Le porteur de projet décide du prix de vente de ses crédits en fonction des coûts de ses activités et de ses besoins pour atteindre l’équilibre. Ainsi un projet situé en France devra très souvent vendre ses crédits plus chers que dans un pays en développement. Aujourd’hui, le prix d’un crédit peut aller de quelques euros à plus de 100€ dans certains cas !

Lors de la discussion avec les financeurs, il est important d’expliquer comment est calculé le prix des crédits. Cela permet de faire comprendre les écarts de prix et d’assurer la transparence dans l’utilisation des financements.

+

Concrètement, où acheter des crédits ?

Vous souhaitez contribuer à la neutralité carbone en finançant des projets ? Voici deux liens directs pour acheter des crédits carbone :

  1. Le site internet du Gold Standard
  2. La plateforme des Nations Unies Climate Neutral Now

Vous êtes un particuliers ? D’autres liens adaptés sont disponible sur notre page Particuliers

Vous êtes une entreprises ou une collectivité et vous avez besoin de conseils ? Tournez-vous vers notre annuaire des opérateurs de la compensation carbone.

Questions pratiques : porteurs de projets

+

Comment savoir si mon projet est éligible aux crédits carbone ?

Pour faire certifier son projet et obtenir des crédits carbone, il est nécessaire de :

  1. Remplir plusieurs critères universels qui encadrent la finance carbone
  2. Suivre une méthodologie (cahier des charges) proposé par un standard
  3. Mettre en œuvre ses activités et se faire auditer par un acteur extérieur

La démarche complète et des liens utiles sont proposé sur notre page dédiée aux porteurs de projets.

+

Combien coûte la labellisation ?

Avant de générer des crédits carbone, la labellisation d’un projet peut avoir des coûts importants. Que ce soit en termes humains ou financiers les différentes étapes nécessitent des moyens (notification du projet, inscription auprès du label, dossier de labellisation, audits externes, ouverture d’un compte sur un registre carbone) qui varient selon le label choisi.

Par exemple, le Gold Standard détaille sur son site les étapes de certification et les frais associés.

Le Label bas-carbone quant à lui ne demande pas de frais d’enregistrement, cependant le montage d’un dossier de labellisation demande du temps de travail et les audits sont également à la charge du porteur de projet.

+

Comment financer l’accès à la certification carbone ?

C’est bien là un problème que rencontrent de nombreux porteurs de projets qui n’ont pas les ressources pour couvrir les frais de certification. Plusieurs possibilités s’offrent aux porteurs de projet :

  1. Trouver des subventions publiques pour lancer une première phase de projet qui servira à faire une expérimentation pilote et monter un dossier de certification. La finance carbone servira ensuite à viabiliser le projet et à changer d’échelle.
  2. Pré-vendre des crédits à des entreprises qui souhaitent s’engager en amont avec un porteur de projet et qui acceptent que le projet ne soit pas encore certifier. Attention cependant à ne pas abuser des prévente au cas où les résultats du projet soient inférieurs aux attentes.
  3. Se faire accompagner par un opérateur qui pourra absorber les coûts initiaux pour le porteur de projet contre une rémunération prise sur la vente finale des crédits carbone. D’autres opérateurs propose également des méthodologie alternatives et moins coûteuses à envisager.
  4. Se tourner vers du mécénat à la place de la finance carbone. En effet, les entreprises qui choisissent d’acheter des crédits carbone de manière volontaire peuvent également être intéressées par du mécénat pour soutenir un projet qui a un impact sur le climat, même sans certification.
+

Comment me faire accompagner dans ces démarches ?

De nombreux acteurs proposent des accompagnements pour le calcul du potentiel carbone d’un projet, le processus de certification et la vente des crédits carbone.

Vous trouverez l’ensemble de ces acteurs classés selon leurs caractéristiques dans notre annuaire des opérateurs de la compensation carbone.

Questions pratiques : entreprises

+

Quel est l’intérêt d’acheter des crédits carbone ?

A part dans certains cas très spécifiques (notamment les vols domestiques en France en France), il n’existe aucune obligation pour qu’une entreprise achète des crédits carbone.

L’intérêt de la démarche est donc d’afficher son engagement pour le climat et sa contribution à la neutralité carbone. Cela rentre généralement dans une démarche RSE et marketing pour valoriser l’entreprise, la marque ou le territoire.

Pour en savoir plus sur la démarche à adopter et la communication à avoir, visiter notre page dédiée aux entreprises.

+

Combien de crédits dois-je acheter ?

La démarche la plus classique quand on parle de “compensation carbone” revient à acheter un nombre de crédits carbone équivalent à son bilan carbone. C’est l’approche la plus directe.

Cependant, définir un nombre de crédit fixe peut amener à rechercher les crédits les moins chers pour optimiser les dépenses, parfois au dépend de la qualité des projets soutenus.

Il est également possible de se baser sur un prix interne du carbone pour déterminer une enveloppe financière à allouer à sa contribution carbone. On sort ainsi d’une approche comptable centrée sur ses émissions. Cela permet de soutenir un mix de projets qui sont le plus pertinent pour l’entreprise (zone géographique, type d’activité) sans discrimination de prix à la tonne.

+

Puis-je bénéficier de crédits d’impôts grâce à l’achat de crédits carbone ?

Non, à la différence du mécénat, l’achat de crédits carbone n’amène pas d’exonération d’impôts. Il ne s’agit pas d’un don mais bien d’un achat qui sera ensuite utilisé dans une démarche RSE ou marketing.

Selon les objectifs de la démarche, une approche basée sur le mécénat peut être envisagée en remplacement de l’achat de crédit.

Posez-nous
vos questions !